AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (F) Lily Collins @ Tu filerais un mal de tête à un cachet d'Aspirine et pourtant moi, je me sens prêt à le supporter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: (F) Lily Collins @ Tu filerais un mal de tête à un cachet d'Aspirine et pourtant moi, je me sens prêt à le supporter   Ven 1 Juil - 18:14



Frederick dit Fred Nina Lakewood
© Copyright ft Lily Collins


PRÉNOM ET NOM COMPLET Frederick Nina LakewoodÂGE 20 ansSTATUT Eternelle célibataire MÉTIER ET/OU ÉTUDES Infirmière PRINCIPALES QUALITÉS Franche, honnête, Généreuse, protectrice, éveillée VILAINS DÉFAUTS Maladroite, Sarcastique, Chieuse, suspicieuse, parano AVATAR NÉGOCIABLE PAR pas vraiment négociable, elle est parfaite Lily xDGROUPE The Snasa



Elle est née à New York, d’une mère bossant dans le marketing ( de laquelle , elle tient tout son aplomb) et d’un père chirurgien ( duquel elle tient son amour des hôpitaux). En revanche, elle hait les médecins. A grandi à Seattle avant de déménager à San Francisco où son père s’est vu promettre une place en tant que Chef de l’hôpital. A deux petites sœurs. Un chien (le type est à votre choix), deux poissons rouges auxquels elle fait la conversation, très pratique : ils ne répondent pas. Elle est hyperactive, très stressée et cela peut vite être agaçant. Elle n’arrive pas à aligner deux mots lorsque quelqu’un lui plait et lorsque ça n’est pas le cas, attendez-vous à un commentaire composé oral. Elle ne réfléchit pas avant de débiter, parfois, cela lui joue de très mauvais tours. Evite les échelles, les miroirs cassés tout ce qui peut lui porter la chkoumoune. Très ouverte d’esprit, assez étroite lorsqu’on raconte des blagues salaces. Toujours là pour corriger les fautes d’orthographe ou d’élocution des autres. C’est un peu une emmerdeuse. C'est une grande romantique dont le livre préféré n'est autre que Orgueil & Préjugés. Le reste de son histoire est laissée à votre entière imagination. Disons simplement que je ne veux pas d’un passé d’alcoolique, de droguée…etc. Son enfance a été heureuse. Après, cela peut être une frustrée sexuelle, comme bon vous semble xDDD



floatleft cssTu es mon parasite , une plaie. Un microbe, une MST. T'es pathologique. Une descendante directe de la famille des casses burnes, on les disait disparus, visiblement ils en ont oublié une. Tu me fais chier et en plus je dois te voir tout les jours ?
Comment se sont-ils connus ? Un matin, après que Darcy ait passé une nuit de garde à jouer les urgentistes. Il était déjà interne, il devait donc enchainer des consultations pour la journée. « Bordel Johnson, c’était supposé être ton tour, j’suis allé récupérer l’IRM du patient X à ta place, tu m’le revaudras ! » La tête dans le coaltar, les nerfs à vif, c’est dans un état d’esprit agressif qu’il avait pénétré dans le box, tirant d’un coup sec, le rideau qui cachait la vue de ce qui se trouvait derrière. Derrière ? Il y avait Fred qui tentait vainement de calmer sa mère, qui elle faisait les cents pas à ses côtés. D’un naturel stressé, elle-même paniquait : « Ah le docteur est arrivé ? » s’écria la mère croyant voir en Darcy un messie : « Docteur … ? » se penchant pour lire ce qui était écrit sur son badge, elle s’exclama un sourire étirant ses lèvres : « Tu as vu ma puce ? Il s’appelle Darcy, comme dans … », il avait vu venir la remarque : « Oui comme l’aut’ pauv’ imbécile , héros d’un Jane Austen ». La quadragénaire s’était sentie gênée et avait renchérit, détournant l’attention sur sa fille : « Bah alors Chérie, dis-lui pourquoi tu es ici ! », la jeune femme semblait rouge de honte : «Maman ! Je refuse d’être auscultée par un homme, je l’ai précisé à la secrétaire pourtant…elles ne font jamais leur boulot ! Ecoutez , il n'y a pas un moyen de changer ? » Son regard s’était porté sur elle, sceptique, pour qui se prenait-elle au juste ? Il n’avait pas le temps d’aller quérir un autre médecin pour s’occuper de « Madame la princesse » sans prendre de gant : « Mademoiselle ici on est dans un hôpital public, vous voulez choisir celui qui vous prends en charge, tournez-vous vers le privé » à quoi, il avait ajouté le ton railleur : « Rassurez-vous, je ne suis pas gynécologue, pas encore » Salace ? Peut-être. Fred avait pali et s’était rendu à l’évidence : « Ce n’est pas bien grave, j’ai remarqué une rougeur sur le sein droit et … », sa mère se rapprocha d’elle : « Est-ce possible que ce soit un cancer ? ». Deux folles, pensa-t-il. « Pas forcément, plusieurs hypothèses possibles allant de la simple allergie au mélanome mais pour en être sûr, je vais devoir palper ». Ce à quoi Fred répondit d’un non catégorique : « me tripatouiller le sein dans tous les sens, de long en large et en travers …ça vous ferez plaisir » « Fred ! » « Quoi man’ ? Avec sa condescendance et son regard pervers, ses mains calleuses…je préférerai le cancer ! Tant pis, je mourrai demain ! » Mais le pire restait encore à venir. La demoiselle était infirmière et son apprentissage, elle allait devoir le faire dans le même service que celui de Darcy. Qu'elle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle le vit. Et lui, vit alors une occasion d'être sur son dos.Après tout , elle l'avait maljugé. Ils sont taquins , insultants et prêt à tout pour plonger l'autre dans des situations délirantes. Cela devient un toc pire même : une drogue et lorsque l'autre se porte pâle ...le désarroi les guête. Appelez cela une addiction ou de la folie , tout le monde dit que c'est de l'attirance, tout le monde le voit, tout le monde le sent , tout le monde - on est d'accord- sauf eux.




Dernière édition par Darcy Roe Buckley le Ven 8 Juil - 16:45, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: (F) Lily Collins @ Tu filerais un mal de tête à un cachet d'Aspirine et pourtant moi, je me sens prêt à le supporter   Mar 5 Juil - 13:59


Wouldn’t be a perfect crime if I stole your heart, and you stole mine ?

Citation :
Darcy POV


Vous vous réveillez un matin, partageant la couche d’une inconnue. Du moins, vous aimeriez que ce le soit mais : non. Cette inconnue est non seulement connue mais détestée. Que vous est-il arrivé ? Est-ce que vous dormez bien en sous vêtement à ses côtés ? Bordel, je dois surement cauchemarder pensa-t-il, une fois l’information arrivée à son cerveau et traitée par son SNC : « Fred-la-grosse- enflure est allongée à mes côtés, en petite culotte ». Son regard s’était posé sur les alentours, rien d’autre que les murs blancs d’une chambre de garde. Cette petite pièce dans laquelle les internes étaient censés se reposer, pas copuler. En sentant la demoiselle émerger d’un sommeil profond, il se surprit à admirer ses courbes, lui qui avait toujours cru que sous l’uniforme de petite infirmière, rien n’était caché. Il se prit la tête entre les mains, tentant de faire un bond dans le passé. Douze heure auparavant, lorsque sa nuit de garde venait à peine de commencer.

« Tiens donc : Lakewood , ça tombe bien que tu sois là, la chambre 256 attend toujours son bain » lança-t-il un sourire taquin pendu sur ses lèvres , poursuivant fier de son coup : « et tu sais pas la bonne nouvelle ? Je lui ai dit que tu serais même disposée à lui frotter les burnes, que c’était ton boulot…tu aurais vu son visage : il était parfaitement heureux. Lorsque je l’ai quitté, il trépignait d’impatience ». Fred s’était simplement contenté de lui montrer son majeur avant de quitter son champ de vision, y revenant une demi-heure plus tard : « Alors s’était comment ? », elle s’était approchée de lui, aguicheuse : « Sexuel, je ne savais pas à quel point à cet âge-là, ils ont de la vigueur, j’en ai appris des choses. Tu aurais dû nous rejoindre ».
Et elle s’était éloignée, butant au passage sur l’un des lits qui attendait patiemment dans le couloir, comme à son habitude, il s’était moqué d’elle avant de reprendre la consultation qu’il avait mis en pause rien que pour la titiller. Ca n’est que deux heures et demi, trois points de sutures et deux IRM plus tard qu’il l’avait retrouvé, assise à la cafétéria, une salade face à elle, dans laquelle elle donnait des coups de fourchettes pas très enthousiastes : « Je me suis toujours dit que tu devais être issue d’un croisement entre une tortue et un lapin , les dents , je suppose » Charmante entrée en la matière, il avait aussitôt ajouté , prenant un plaisir vicieux à se foutre de sa gueule « Il y a une clinique vétérinaire à une centaine de mètre d’ici, je peux te donner son numéro …nan ne me remercie pas : je le fais pour la bonne cause». Son regard était venu se poser sur lui l’air de dire « Tu me gaves » et avait rétorqué : « J’en ai entendu parler, à ce propos, je leur ai déjà filé ton numéro Buckley, je leur ai parlé d’une nouvelle espèce de mulet irrévérencieux dont tu faisais partie, ils ont été très excités de faire ta connaissance. Si tu y vas maintenant, ils te feront une ristourne…nan, ne me remercie pas : je le fais pour la bonne cause » « Ce n’était vraiment pas drôle Fred » « Je te retourne la remarque, Roe »


JOYEUX NOEL !!!



Il s’était contenté de sourire faiblement et d’ajouter, pour lui-même : « J’avais presque oublié » « Tu ne le fête pas en famille ? » « De quoi je me mêle ? Non, je n’ai personne ici, tout le clan Buckley se trouve à Londres. Et toi ? » « De quoi je me mêle ? Je vais les rejoindre à 23h00 »A ce moment-là, tout s’enchaina très vite, Charlie le détraqué ( un toxico très sympathique ) était venu leur souhaiter un joyeux noël, il en avait profité pour échanger avec eux quelques verres de lait de poule, ils avaient ri à ses blagues sur le petit Jésus et il était allé rejoindre le centre d’accueil le plus proche. Les souvenirs de Darcy s’arrêtaient là.

I cannot stop wondering if you're constantly thinking about me


Citation :

Frederick POV


Vous vous réveillez un matin, allongé aux côtés d’un abruti fini. Un crétin limité, aux idées trop arrêtées pour vous intéresser. Vous aimeriez que ce soit un inconnu, un one night stand comme un autre mais ça n’est certainement pas le cas. Celui-là, vous allez le revoir et le revoir des mois durant, des années durant et ça vous file la gerbe rien que d’y penser. Lorsque Fred ouvrit enfin les yeux, ceux-ci s’écarquillèrent en une expression de grande surprise mêlant dégout et perplexité : « Ce n’est pas possible, je ne me suis quand même pas fait sauter par Darcy-la-roulure ? » avait-elle pensé à la vue du blondinet qui coulait sur elle un regard mauvais. Elle s’était redressée d’un bon, s’écroulant au sol, tentant avec affolement de capturer les souvenirs de ce qui s’était produit la veille.

« J’ai les résultats : ils nous ont trouvé un taux de LSD non négligeable dans le sang ! », elle restait scotchée. Ils avaient été drogués contre leur gré mais par qui ? « J’savais que j’avais été drogué, il faut vraiment l’être pour t’épingler ! Allez ‘faut que je relativise : j’considérerai ça comme un cadeau de noël que je t’aurais fait ! » « Franchement Buckley, t’en rates pas une, j’espère pour toi que stone t’es moins con et que tu auras pensé à utiliser des protections sinon je t’éclate la tronche ! » « Lakewood, tout en finesse …tu n’étais pas aussi agressive quand tu gémissais : « Darcy » ! » « J’espère pour toi que tu as une bonne assurance vie parce que si tu restes une minutes de plus dans mon champs de vision tes parents auront du mal à te reconnaitre ! »Elle était retournée à ses occupations jusqu’à ce qu’elle se rende compte que…elle s’était précipitée dans la chambre où Darcy réalisait une visite : « Bordel Buckley ! » « Qu’est-ce que tu fiches là ? J’suis en consulte ! » « Charlie ! » « Charlie quoi ?...CHARLIE ! Bien sûr ! Oooh la salope ! », il s’était tourné priant son patient de l’excuser de son impolitesse : ils avaient découvert qui leur avait joué un mauvais tour. Au fond, étaient-ils aussi dégoutés de leurs actes ? Pas si sûr.

SCENARIO FINI ET TOTALEMENT LIBRE MESDAMES


Je ne vais pas m'étendre mais déjà je vous remercie d'avoir eu le courage de lire mon ramassis de connerie. Je ne vais pas jouer la chieuse , je veux :
- Quelqu'un d'actif et motivé
- Un bon niveau RP,je ne demande pas de pavé mais de la qualité, à savoir : une bonne orthographe, pas forcément une conjugaison irréprochable ( je sais ce que c'est ) on est pas à l'académie des lettres ici mais une bonne terminaison pour la deuxième personne : exclure le " t ".
Mis à part cela : ce scénario est très important pour Darcy alors fondez pour lui
Si vous avez des questions ma boite mp est ouverte ainsi qu'une partie invités ...au plaisir de vous revoir , vous verrez c'est un plaisir de RP avec moi ( sans me vanter xD)
Revenir en haut Aller en bas
Fred Nina Lakewood
⚡ NOUVEAU RESIDENT.
avatar
ϟ PAPERS : 10
ϟ LIVE HERE SINCE : 09/07/2011
ϟ LOOK LIKE : Lily Collins
ϟ CREDITS : //




MessageSujet: Re: (F) Lily Collins @ Tu filerais un mal de tête à un cachet d'Aspirine et pourtant moi, je me sens prêt à le supporter   Sam 9 Juil - 12:42

Je suis là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: (F) Lily Collins @ Tu filerais un mal de tête à un cachet d'Aspirine et pourtant moi, je me sens prêt à le supporter   Sam 9 Juil - 14:20

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHH !

CREMOUILLE !

Si tu as des questions, ma boite à mp t'est grande ouverte ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (F) Lily Collins @ Tu filerais un mal de tête à un cachet d'Aspirine et pourtant moi, je me sens prêt à le supporter   

Revenir en haut Aller en bas
 

(F) Lily Collins @ Tu filerais un mal de tête à un cachet d'Aspirine et pourtant moi, je me sens prêt à le supporter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KOYD :: 
EMMENAGEMENTS &' FORMALITÉS.
 :: À vendre ou à louer ♌
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit