AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (M) PETTYFER ϟ Did I ever cross your mind ?For me it happens all the time.        

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ana "Lys" Steevens
LYS ♌ the devil's tears
avatar
ϟ PAPERS : 481
ϟ LIVE HERE SINCE : 27/04/2011
ϟ LOOK LIKE : teresa palmer.
ϟ CREDITS : keverdeen.
ϟ COOL JOB : maniaco-dépressive.


MON POST-IT
MES VOISINS FAVORIS:



MessageSujet: (M) PETTYFER ϟ Did I ever cross your mind ?For me it happens all the time.           Mer 11 Mai - 17:06



PRIAM ADRIAAN NOM AU CHOIX
© tumblr ft Alex Pettyfer


PRÉNOM ET NOM COMPLET priam adriaan et nom au choix.ÂGE 22 ans.STATUT célibataire.MÉTIER ET/OU ÉTUDES interne en médecine chirurgicale.PRINCIPALES QUALITÉS serviable, romantique, sensible, endurant et intelligent.VILAINS DÉFAUTS lunatique, égocentrique, susceptible.AVATAR NÉGOCIABLE PAR personne. Alex est mon dieu. I love you GROUPE au choix.

L’histoire du personnage est assez libre. Je l’imagine cependant assez bien en conflit avec ses parents, qui ne vivent plus à San Fransisco depuis. Du fait qu’il soit seul, il a été poussé à devenir indépendant très rapidement, il vit donc seul ou bien peut avoir un colocataire. Il est interne depuis deux ans environ et s’est intéressé au cas d’Ana juste par curiosité et non pas par intérêt. Aujourd’hui, il pourrait très bien avoir envie de la rechercher – et finira par la trouver – en recherchant ses coordonnés dans les dossiers de l’hôpital. C’est cette rencontre qu’il serait intéressant de jouer. Ensuite, si vous avez des questions, des idées pour son histoire mais que vous n’êtes pas certains que ça correspondent, n’hésitez pas à me demander par mp. En plus de ne pas me déranger, j’adore ça :heart :



floatleft css Demandez à n'importe qui ce qu'il attend de la vie... La réponse est simple : être heureux.
Vous connaissez surement l’histoire de ces deux personnes qui se rencontrent tout à fait par hasard, soit au détour d’une rue, soit dans un bar, soit grâce à des amis. Dans notre cas, rien ne s’est passé comme cela. Rien n’a été un hasard. Je rendais visite à l’hôpital depuis plusieurs mois déjà et j’avais déjà eu l’occasion de le croiser. Une fois, il est juste rentré dans ma chambre pour prendre de mes nouvelles, prétextant que c’était son devoir de faire ça. En réalité, j’étais persuadée qu’il s’agissait d’autres choses. Ou bien me trompais-je, je n’en avais aucune idée précise. Je me laissais juste aller à ses yeux verts qui depuis longtemps, avait su me persuader que la maladie n’est pas une fatalité en soit, que certaines peuvent guérir si on se donne la peine de se battre. Dès lors, il s’est approché du lit, a vérifié les perfusions puis s’est ensuite assis sur mon lit. . « Depuis quand ? » Rapidement, j’ai baissé la tête. Évidemment, il n’était pas là pour moi mais bien parce qu’il avait ce foutu boulot à faire. Comme s’il n’y avait pas meilleur patient que ma misérable personne. « Personne ne vous a prévenu ? » Je jouais les insolentes, mon lot de consolation. Puisque personne n’est capable de comprendre ce qu’il se passe dans ma tête, je peux tout aussi bien jouer les violentes de service juste pour me sentir regardé des autres. « Je ne suis pas là pour vous juger, ce n’est même pas un interrogatoire. Je m’intéresse à votre cas. Puis, entre nous, ce n’est pas ma spécialité. » Entonnée, je me redressais un peu plus contre mon oreiller. Un soupir plus tard, je relevais les yeux vers lui, surprise que les siens soient posés sur moi depuis, je l’imaginais, le départ. « La première crise s’est déclenchée à seize ans. J’ai cassé la voiture de mes parents parce qu’il refusait de m’emmener à une fête. » » Il continuait de me regarder, attendant la suite sûrement. « Je savais pas que j’avais un problème. Du moins, c’était plus considéré comme une saute d’humeur selon eux donc je n’ai pas trop été inquiété et eux non plus, je crois bien. Seulement, ensuite, je passais du blanc au noir en une seconde, du bonheur au malheur. C’est une sensation horrible. » J’évitais quelques étapes comme les élans de violence contre les élèves de mon lycée, les nombreux carreaux que j’ai cassé à la maison juste parce que j’avais eu une mauvaise remarque. Dans ces moments-là, je ne me contrôlais plus. « Mais maintenant que vous êtes là, vous avez envie que ça s’arrange non ? » Pas de cahier, pas de crayon dans les alentours. Il n’était pas là pour le côté professionnel, j’en étais maintenant sûre. « Je ne suis pas là pour moi. Mais pour les autres. » Je souris légèrement, repris un peu ma respiration puis continua. « Je m’inquiète davantage de ce que je pourrais faire aux autres de ce qu’il pourrait m’arriver à moi. »» Il hocha la tête, se leva brusquement et puis sortit de la pièce en faisant un signe de main. « Je reviendrais vous voir. » Et il n’a pas menti. Ses visites se répétaient, passant d’une fois toutes les semaines à trois fois par semaine puis tous les jours. Il restait de plus en plus longtemps. J’avais, de mon côté, beaucoup de mal à le voir s’en aller.

POINT DE VUE DE PRIAM.
Elle était sortie depuis un mois déjà. Je me suis souvent demandé ce qu’elle devenait, si tout se passait bien pour elle. Si elle prenait correctement son traitement. J’avais passé plusieurs heures auprès d’elle, dès que j’en avais l’occasion tout du moins. Je l’écoutais se confier, ça me faisait du bien. J’avais besoin d’entendre de la bouche de quelqu’un qu’effectivement, il faut savoir se battre pour vivre et ne pas considérer la maladie comme une fatalité. Sa force me laissait sans voix, son altruisme également. Jamais je ne l’ai vu égoïste, jamais je ne l’ai vu se plaindre. Mais peut-être est-ce une blessure enfouie, peut-être est-ce juste une façade qu’elle voulait bien se donner. Durant presqu’une année, je l’avais vu lutter contre ces démons qui ne voulaient pas cesser de la hanter, contre ses crises nerveuses contre lesquelles elle ne pouvait rien faire. Finalement, elle était ressortie plus rayonnante encore, plus heureuse parait-il. Au fond de moi, je l’espérais vraiment. Cette fille avait touché quelque chose en moi. Inexplicable.



______________________
✗ So I won't let you close enough to hurt me.



Dernière édition par Ana "Lys" Steevens le Dim 15 Mai - 9:32, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ana "Lys" Steevens
LYS ♌ the devil's tears
avatar
ϟ PAPERS : 481
ϟ LIVE HERE SINCE : 27/04/2011
ϟ LOOK LIKE : teresa palmer.
ϟ CREDITS : keverdeen.
ϟ COOL JOB : maniaco-dépressive.


MON POST-IT
MES VOISINS FAVORIS:



MessageSujet: Re: (M) PETTYFER ϟ Did I ever cross your mind ?For me it happens all the time.           Mar 12 Juil - 10:23

SCENARIO LIBRE ET TRES ATTENDU.

______________________
✗ So I won't let you close enough to hurt me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(M) PETTYFER ϟ Did I ever cross your mind ?For me it happens all the time.        

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KOYD :: 
EMMENAGEMENTS &' FORMALITÉS.
 :: À vendre ou à louer ♌
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit