AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 stranded in this spooky town ► danny & sully

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: stranded in this spooky town ► danny & sully   Ven 27 Mai - 16:36



driven by the strangle of vein
« I SEE A STORM BUBBLING UP FROM THE SEA.»
« Sully, un accident vient d'être signalé sur l'autoroute, un car a été touché et on va nous amener pas mal de blessés. J'ai besoin que tu sois sur le coup » - « Mais... » - « Je sais que ton truc c'est le cerveau, mais là j'ai besoin de tout le monde possible. On t'attend quelque part ? » - « Non » - « Alors tiens toi prêt » Je soupirais, mais de toute façon je savais que je n'avais pas le choix. J'allais me laver rapidement les mains et me tenais prêt à toutes éventualités. Faire des points de sutures n'avaient jamais vraiment été mon truc, ce n'était sans doute pas assez important à mes yeux, pas assez excitant ; mais il fallait que je me rende utile, qu'importe ce qu'on me mettait entre les mains. J'entendais le bourdonnement de la sirène de l'ambulance se faire de plus en plus distinct, ce n'était plus qu'une question de minutes maintenant. Je vis mes collègues se diriger vers l'entrée des urgences et je me précipitais à leur suite : autant prendre les choses à la source. Notre résident vint d'ailleurs à notre suite, sans doute pour nous donner plus d'informations. « On nous signale vingt-deux blessés, dont trois graves. Vous vous occupez des hématomes, des entailles et tout ce qui peut être soignés. Les plus doués d'entre vous peuvent aussi rassurer au mieux les victimes. Les autres tuteurs et moi-même allons nous occuper des cas les plus graves, cependant tenez vous disponibles si on a besoin d'aide » On hocha tous distraitement la tête et le laissait prendre la direction des évènements. C'est ainsi que je me retrouvais avec une charmante personne de soixante et onze ans, enfin charmante est un bien grand mot. Je dirais plutôt envahissante... J'essayais de m'appliquer à lui recoudre la profonde entaille qu'elle avait au bras, mais ce ne l'empêchait pas de vouloir remuer et surtout de m’assommer avec son flot ininterrompu de paroles. Je restais poli et calme comme à mon habitude, même si les aventures de Lance le caniche ne m'intéressaient pas vraiment. « Il aurait pu être un très grand et un très bon chien de concours vous savez. Mais personne n'a jamais voulut lui donner une chance. Les gens de ce milieu sont vraiment superficiels, ils n'ont jamais pu passer outre sa couleur un peu... spéciale. Car voyez vous il est vite devenu un peu jaune, suite à une teinture qui a ratée. Ah ça je m'en voudrais toute ma vie » J'esquissais un vague sourire compatissant mais au fond j'avais hâte de la voir partir. Je jetais un rapide coup d’œil aux alentours, essayant de trouver réconfort en voyant que mes camarades étaient tombés sur pire que moi. Mais non, c'est moi qui avait eu la perle. Soudain mes yeux tombèrent sur la petite pendule qui trônait à quelques mètres de là. Je grinçais les dents en voyant l'heure qu'il était. Si ça continuait comme ça j'allais arriver en retard à mon rendez vous avec Danny ; on se voyait tous les jeudi sans faute, à la même heure et au même endroit, comme un rituel, mais aujourd'hui elle allait devoir m'attendre un peu, et la patience n'était pas vraiment son fort malheureusement. Ma patiente fini par remarquer mes coups d’œil constant. « Vous êtes attendu ? » - « Oui, je dois déjeuner avec quelqu'un » - « Votre fiancée ? » - « Non, une amie » Elle me souria alors, d'une façon qui me donna presque la chair de poule. Et je me senti soudain très mal à l'aise. « Dommage, je vous aurez bien invité à déjeuner. Histoire de vous... remercier » Dit-elle en désignant son bras, qui à mon grand bonheur était en fin sauvé. Je lui lançais un regard aussi désolé que je le pouvais et m’enfuis presque en courant, autant pour me rendre au plus vite à mon repas avec Danny, mais aussi pour mettre le plus de distance possible entre cette femme et moi. Ce n'était pas la première fois qu'une patiente essayait de me faire du charme, mais que ce soit quelqu'un d'assez âgé pour être ma grand mère me dérangeait plus qu'un peu. Je courrais presque jusqu'aux vestiaires, tout en retirant ma blouse, et prenais mes affaires en vitesse, histoire de perdre le moins de temps possible. Une fois sorti de l'hôpital, j’appelais un taxi et lui demandais de m'emmener jusqu'au Grind Café, où devait m'attendre Danny depuis près d'un quart d'heure maintenant. Je payais, traversais rapidement la rue et me ruais dans le café. J’aperçus alors une silhouette blonde qui m'attendait à notre table habituelle, le regard tourné vers la fenêtre. Je me dirigeais alors vers elle, un sourire sur le visage. Je lui déposais un rapide baiser sur le haut du crâne et m'asseyais en face d'elle. « Vraiment désolé. Je n'ai pas trop fait attendre ? J'étais coincé à l'hôpital. Un autocar a eu un accident, je te parle pas du nombre de blessé » Je retirais rapidement ma veste et l'installais sur le dos de ma chaise. « Crois le si tu veux, mais je viens de me faire draguer par une mamie de soixante dix ans » Finis-je par ajouter avec un frisson, toujours aussi peu à l'aise avec cette idée. « Ça va toi ? » Lui demandais-je alors avec un grand sourire. J'étais content de la voir, surtout après cette matinée infernale. Et de toutes façons, depuis quelques temps, mon rendez-vous avec Danny était devenu mon petit bonheur de la semaine ; le moment où je pouvais souffler et discuter de tout et de rien avec une personne qui me tient beaucoup à coeur, sans doute un peu trop aux yeux de certaines personnes. Elle était peut-être mon ex, mais à mes yeux il n'y avait aucune ambiguïté, elle était une amie maintenant.


Dernière édition par Sullivan J. Eastwood le Lun 30 Mai - 9:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: stranded in this spooky town ► danny & sully   Ven 27 Mai - 21:05


« C'est vraiment passionnant ce que tu me racontes là, mais je dois absolument partir ! » Cela faisait 10 bonnes minutes que Danny écoutait l'un de ses collègues lui raconter quelque chose sur sa nouvelle voiture, qui faisait elle ne sait plus trop quoi et apparemment c'était quelque chose d'exceptionnel. Mais elle avait du mettre un terme à la discussion si intéressante quand elle remarqua l'heure. Si elle ne se dépêchait pas, elle allait encore être en retard. « C'est le fameux jeudi midi ! ». C'était Jed, le co-équipier de Danny, qui venait tout juste de revenir les bras chargé de nourriture, assez suffisante pour nourrir la moitié du commissariat. Danny lui fit un petit air angélique dont elle avait le secret et enfila sa veste, il ne fallait pas qu'est s'éternise. « Il faudra un jour que tu nous présentes celui qui te voles tous les jeudi midi ! ». Danny lui tira la langue en seule guise de réponse et partit en toute hâte, elle était à 10 min du café à pied, mais si elle accélérait la cadence, elle pourrait gagner suffisamment de temps pour ne pas être trop tard. Elle avait fait des efforts surhumain pour arriver ...avec 5 min de retard. Danny était toujours en retard, tout ceux qui la connaissait le savait, elle était incapable d'arriver à l'heure, dès qu'elle s'apprêtait à partir quelque chose lui arrivait, elle oubliait ses clés, elle retournait en arrière pour s'assurer qu'elle avait bien éteint la machine à café ou la lumière ... ou tout simplement, elle se rendait compte à la dernière minute qu'il fallait absolument qu'elle parte. Mais, pour une fois à sa grande surprise, Sully n'était pas là. Et ça la soulageait un peu, pour une fois c'était elle la première à arriver, elle allait enfin pouvoir se vanter d'arriver à l'heure. Elle s'installa victorieuse à leur table habituelle, près de la fenêtre et attendit, patiemment. Enfin, patiemment était un grand mot. Danny était tout sauf patiente, elle était en quelque sorte la mauvaise foi incarnée, tout le temps en retard, mais impatiente en ce qui concernait les autres. mais c'était aussi pour ça qu'on l'aimait Danny Miller, un mélange de contradictions inégalable. C'est pour cela qu'au bout d'une minute elle avait consulté trois fois son portable, replacé verres et couverts sur la table pour qu'ils soient à une distance parfaite, défait, refait puis finalement re dé-fait son chignon. Il était quasiment impossible pour elle de ne rien faire, elle ne pouvait pas attendre tranquillement sans bouger. Pour passer le temps, elle plongea son regard a travers la fenêtre, scruter les gens était une de ses activités préféré, cela réveillait son instinct de détective. Elle était complètement captivée par un type qui essayait de faire un créneaux pour la troisième fois, lorsqu'elle vit que Sully enfin arriver, un sourire illumina son visage. « Pour une fois que j'étais à peu près à l'heure c'est toi qui es en retard ! Mais ne t'inquiète pas, j'ai trouvé de quoi m'occuper pendant ces interminables ... 10 minutes ! » Elle fronça légèrement les sourcils quand il parla de l'accident. « Pas trop grave j'espère ? » L'histoire de la mamie dragueuse lui recolla un sourire moqueur sur le visage. « Tu as toujours autant de succès auprès de la gente féminine, de n'importe quel âge à ce que je vois. » De la taquinerie pas bien méchante, mais à force Sully avait bien l'habitude. « Ça va toi ? » Ni une ni deux, Danny sortit un flot de paroles. « On viens de tomber sur une affaire complètement ... tarée ! Un type a été repêché ce matin au large de la ville, par un vieux grincheux qui soi disant passant a essayé d'avoir mon numéro, comme quoi les petits vieux sont en formes ces temps ci, abattu de deux balles dans le dos, mais attend le plus hallucinant ... ce sont de vieilles balles de plombs, l'arme date de 200 ans, tu imagines le truc ?! et ... » Danny se stoppa, et fit un léger sourire. Elle s'emballait trop lorsqu'elle parlait de son travail, que ce soit quelque chose d'extraordinaire ou d'insignifiant elle aurait pu en parler des heures. « Et je vais m'arrêter maintenant avant que tu t'endormes sur la table ! » Elle n'allait pas passer leur précieux jeudi midi à parler boulot, boulot et boulot.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: stranded in this spooky town ► danny & sully   Lun 30 Mai - 11:08



i set fire to the rain
« WATCHED IT POUR AS I TOUCHED YOUR FACE.»
On dit souvent qu'il n'y a qu'un seul pas entre l'amour et l'amitié, une barrière si fine que l'on peut facilement la traverser dans un sens comme dans l'autre sans vraiment s'en rendre compte, alternant les sentiments pour se donner une autre alternative peut-être un peu moins douloureuse et complexe. Souvent l'amitié est le dernier remède pour sauver un couple, le dernier échappatoire avant le saut final, le dernier moyen pour vérifier que tout n'est pas perdu. Des fois c'est un succès, de fois c'est un échec cuisant qu'il aurait mieux fallut éviter. L'amitié se transforme très facilement en amour, aussi rapidement que la chenille devient un superbe papillon ; des fois ça ne dure pas aussi longtemps qu'on l'aurait espéré, mais rien ne vaut plus le coup d'essayer. Mais l'amour peut rarement se transformer en amitié, rien n'est en effet plus difficile de se contenter d'un ami alors qu'on a eu un amant ; cette métamorphose vire le plus souvent au fiasco dans la majeur partie des cas. Et Danny et moi étions l'exception vivante à cette règle. Il faut dire aussi que notre histoire remonte à dix ans, nous n'étions que des adolescents à l'époque, jeunes et insouciants, profitant de la vie qui s'offrait à nous. Nos sentiments n'étaient peut-être pas aussi forts que nous l'aurions cru, sans doute n'était-ce qu'une amourette que nous avions poussé le plus loin possible juste pour nous prouver que ça pouvait marcher. Ça avait pourtant duré deux ans, deux petites années qui étaient restées les plus belles à mes yeux pendant très longtemps, mais ce avant que je ne rencontre Pippa, qui était aujourd'hui la seule histoire d'amour que je voulais dans ma vie. Sans pourtant renier ce que j'avais pu vivre avec Danny. Rien n'avait jamais été compliqué entre nous, nous n'étions pas toujours d'accord sur tout, on se prenait parfois la tête, on se permettait même de mettre notre nez où il n'était pas sensé être, mais on se supportait bien et on s'adorait malgré tout. Malgré le fait que Danny n'apprécie pas Pippa comme je le voudrais, malgré que je me montre parfois trop protecteur avec elle et malgré qu'elle dise trop souvent ce qu'elle pense à propos d'à peu près tout. Elle faisait partie de ma vie depuis dix longues années, et ce n'était pas prêt de s'arrêter maintenant.

« Pour une fois que j'étais à peu près à l'heure c'est toi qui es en retard ! Mais ne t'inquiète pas, j'ai trouvé de quoi m'occuper pendant ces interminables ... 10 minutes ! » J'esquissais un grand sourire puis me mis à rire doucement. « Toi qui arrive à l'heure... Comment j'ai pu rater ça ?! Si tu savais comme je m'en veux » Dis sur un ton faussement scandalisé. Pour une fois qu'elle arrivait avant moi, je n'étais même pas présent pour le voir de mes propres yeux. « La vie est tellement injuste » Finis-je par ajouter en recommençant à rire dans mon coin, me moquant gentillement d'elle. Je me mis alors à regarder autour de moi, me demandant ce qu'elle avait pu faire en m'attendant et ce qui aurait pu constituer une occupation pour elle. « Ne me dis pas que tu as passé ton temps à espionner les gens hein ? Tient je suis même sûr que tu as regretté qu'il n'y ait pas eu un petit braquage dans la bijouterie en face, ça aurait suffit à t'occuper ça j'en suis sûr » Dis-je avec un grand sourire sur le visage, visiblement content de mon coup. C'était toujours comme ça entre nous, je passais toujours mon temps à la taquiner sur à peu près tout et elle me rendait bien la pareille. Et au fond, c'était ce qui rendait notre relation et nos jeudis midi tellement agréables. Enfin tout pouvait être agréable entre elle et moi tant que nous ne partions pas sur les sujets personnels qui fâchent. « Pas trop grave j'espère ? » Je fronçais légèrement le nez, me rappelant de tous les blessés qui étaient arrivés en urgence à l'hôpital. « Suffisamment pour nous mettre vingt deux blessés sur les bras. Au moins j'ai pu vérifier que je savais toujours faire des points de suture » Mais le fait de penser à cela faisait automatiquement revenir ma mémoire sur la vieille dame que j'avais malheureusement eu sur les bras pendant plus d'un quart d'heure. Je grinçais un peu des dents à ce souvenir. « Tu as toujours autant de succès auprès de la gente féminine, de n'importe quel âge à ce que je vois. » Je lui fis gentillement les gros yeux, comme pour la dissuader de poursuivre sur cette voie. Car je savais très bien jusqu'où Danny pouvait aller quand elle partait sur ce terrain là. « Tu n'auras pas plus de détails je te préviens. C'est trop... personnel, et choquant aussi » Dis en réprimant un frisson. Je préférais donc mettre un point final à cette histoire en détournant la conversation vers Danny. En espérant que sa matinée fût plus impressionnante que la mienne. Et bizarrement elle avait toujours quelque chose d'inattendu à me raconter, à croire qu'elle en voyait vraiment de toutes les couleurs dans son boulot. « On viens de tomber sur une affaire complètement ... tarée ! Un type a été repêché ce matin au large de la ville, par un vieux grincheux qui soi disant passant a essayé d'avoir mon numéro, comme quoi les petits vieux sont en formes ces temps ci, abattu de deux balles dans le dos, mais attend le plus hallucinant ... ce sont de vieilles balles de plombs, l'arme date de 200 ans, tu imagines le truc ?! et ... » Mes yeux s’agrandissaient au fur et à mesure que son histoire progressait, comme si j'étais totalement porté par son récit. Je souriais en la voyant tellement prise par ce qu'elle était en train de me raconter, à croire que c'était la plus belle expérience de sa vie. Je la regardais avec un sourire malicieux, assez content de partager cette anecdote avec elle. C'est dingue comme elle avait toujours quelque chose à me raconter chaque jeudi midi. « Et je vais m'arrêter maintenant avant que tu t'endormes sur la table ! » Je pris un air faussement surpris et jouais le jeu à fond. « Quoi ? Moi m'endormir sur la table ? Mais non pas du tout, ce n'est absolument pas mon genre. Tu sais bien que je suis passionné par tout ce que tu dis, je bois même tes paroles. Et je voudrais bien savoir le fin mot de l'histoire d'ailleurs ! » Je m'accoudais alors à la table et attendis patiemment la suite, un sourire s'étendant jusqu'aux oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: stranded in this spooky town ► danny & sully   

Revenir en haut Aller en bas
 

stranded in this spooky town ► danny & sully

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KOYD :: THE GRIND CAFE ♌-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit